The Web Poetry Corner
DreamMachineThe Web Poetry Corner is a Dream Machine Site
The Dream Machine --- The Imagination of the World Wide Web
Google

The Web Poetry Corner

Abdullah Karabag

of

Lausanne, CH, Switzerland

Home Authors Alphabetically Authors Date Submitted Authors Country Submission Rules Feedback



If you have comments or suggestions for Abdullah Karabag, you can contact this author at:
abdullahkarabag@hotmail.com (Abdullah Karabag)


Find a book store near you, no matter where you are located in the U.S.A.!


Cerzan

...the best independent ISP in the Twin Cities

Gypsy's Photo Gallery


Composez Vous le Chant de Bonheurs

by

Abdullah Karabag

Composez vous le chant des bonheurs, compositeur,
Pour les séances prodiguées de promesses périmées!
Les poussières du passé par les offres de sollicitudes
Et un canari jaune, au défilé défini des simultanéités.

Composez vous le chant des cinq sens, compositeur,
Se fumiger, les tiges de la fumigation de musicalité!
Les odyssées des versifications à numériser les sons
Et une violette odorante, au récital des prémonitions.

Un grillon ne peut interpréter le chant des lampyres!
Les plaintes des ferveurs du sang et d’os de ma chair
Composez vous le chant de mon repos, compositeur,
Un pianiste ne peut pas jouer le chant de mon coeur!


Le Silence d’un Esprit Solitaire

by

Abdullah Karabag


à L’abbé Pierre

Quel bien-aimé de la cour: croire au regard!

Si silence d’esprit lunaire, aimer la solitude
D’où partir pour prologue d’une découverte
Donc c’est plonger dans détails de ténèbres:
La pénombre solitaire, la pénombre sinistre.

Quel bien-être de la terre: croître en beauté!

La vision claire qu’elle boit celle de la lune,
Le visage d’un bébé accompagne avec elles
C’est panorama qui accorde tous les rayons:
La source du soleil, l’étiolement de maîtres.

Quel appel des fidèles: le voyage à l’infini!

(Boucles de Canicule)

Les Traces de Regards des Piétons

by

Abdullah Karabag

Je sais un sentier lequel s'était posé de pavés en pierre
Il s'éloigne de la campagne à un carrefour de banlieue
Où mon enfance innocente a tombé dans sa poussière,
C'est un corps qui n'est devenu que plus pareil au lieu.

Je sais une voie romaine dans laquelle unit tout passé
Elle se réfléchit aux feux tricolors de cette exposition
Dont la tourbillon illuminée, qui subit un grand cassé,
C'est un événement qui n'ouvre pas à aucune décision.

Les jours toujours même sur les pavés pour les pieds
Les traces de regards des piétons, qui sont d'habitude
Par laquelle que, je me prolonge en temps aux pieds,
Ce sont de l'évocation, de l'énonciation, à mon étude.

On dit que tous les passages sont de roche et de béton
En tant qu'il n'y a pas de caillaux dans les chaussures
Dont les semelles n'aiment que les places aux piétons,
Ce sont de côtés latéraux de rues, qu'ils nous assurent.

Le fardeau des ans toujours même sous le firmament,
Le temps de pavés se laisse emporter par les trottoirs
Donc, le mot de passe de l'installation au revêtement,
Cette clé littérale qui est enregistrée à mon répertoire.

Boucles de Canicule, Abdullah Karabag

Les Traces de Regards des Piétons

by

Abdullah Karabag

Je sais un sentier lequel s'était posé de pavés en pierre
Il s'éloigne de la campagne à un carrefour de banlieue
Où mon enfance innocente a tombé dans sa poussière,
C'est un corps qui n'est devenu que plus pareil au lieu.

Je sais une voie romaine dans laquelle unit tout passé
Elle se réfléchit aux feux tricolors de cette exposition
Dont la tourbillon illuminée, qui subit un grand cassé,
C'est un événement qui n'ouvre pas à aucune décision.

Les jours toujours même sur les pavés pour les pieds
Les traces de regards des piétons, qui sont d'habitude
Par laquelle que, je me prolonge en temps aux pieds,
Ce sont de l'évocation, de l'énonciation, à mon étude.

On dit que tous les passages sont de roche et de béton
En tant qu'il n'y a pas de caillaux dans les chaussures
Dont les semelles n'aiment que les places aux piétons,
Ce sont de côtés latéraux de rues, qu'ils nous assurent.

Le fardeau des ans toujours même sous le firmament,
Le temps de pavés se laisse emporter par les trottoirs
Donc, le mot de passe de l'installation au revêtement,
Cette clé littérale qui est enregistrée à mon répertoire.

Boucles de Canicule, Abdullah Karabag