The Web Poetry Corner
DreamMachineThe Web Poetry Corner is a Dream Machine Site
The Dream Machine --- The Imagination of the World Wide Web
Google

The Web Poetry Corner

Michael Delaney

of

Reims, France

Home Authors Alphabetically Authors Date Submitted Authors Country Submission Rules Feedback



If you have comments or suggestions for Michael Delaney, you can contact this author at:
carrera_racer@hotmail.com (Michael Delaney)


Find a book store near you, no matter where you are located in the U.S.A.!


Cerzan

...the best independent ISP in the Twin Cities

Gypsy's Photo Gallery


son homme

by

Michael Delaney



las,libéré de ma solitude,
prison aux murs invisibles et froids,
si près d'elle,d'une autre lattitude
là,je vis, régit par une seule loi ;
Aimer, alors pourquoi croquer la pomme ?
auprès d'elle je vis, je suis son homme...
je suis pas fou c'est elle qui me l'a dit !
écouter son coeur, essuyer ses larmes
pour elle braver et briser l'interdit
donner du plaisir, mélanger nos âmes...
Pourtant si tous les chemins mènent à Rome
il n'y en a qu'un où je suis son homme !
Quand elle est triste faire naitre un sourire,
le soir la réchauffer de mes baisers
lorsqu'elle frisonne et puis lui dire,
lui crier, enfin lui murmurer
que d'elle et moi "nous" est la somme
ce "nous" qui bat quand elle m'appelle : "son homme".
mon regard se mouillent des difficultés,
j'imagine qu'elle me sourit tel un ange
sa main essuie celles que j'ai dépassé,
elle a disparu mais sentiment étrange
elle est là, pourtant me manque comme
si je n'étais plus tout à fait son homme.

Ma divine loin de toi qui suis-je ?
emmuré dans un existence
qui à l'instar des photos nous fige
je suis en panne des sens.


Mission : Paris by night

by

Michael Delaney


l'obscurité tombe sur l'agitation,
au crépuscule des mille lumières
exaltant une autre population
à s'exposer sous les reverberes
d'une cité où tous s'illusionnent,
conscients de briller plus que le voisin
qu'importe les chemins qu'ils sillonnent,
réunis pour une nuit sans lendemain.

Enfer, paradis de l'hypocrisie
les sourires aiguisés pour séduire,
pour s'approprier un instant une vie ;
faire valoir qui leur permet de luire
dans l'obscurantisme pathètique
d'un mirage d'existence, poudre aux yeux
perceptible par leur élite comique :
princes déchus du royaume des envieux.

Le charme opère sur le pauvre type
conquis il ne prends garde à l'alèa,
car c'est toujours le même stéréotype
derrière l'armoire Louis XVI ou Ikéa.
Ainsi pris dans la toile de l'apparence
il ne voit pas les prémices du cauchemard
l'innocence ne fait la différence
que dans la fraîcheur du matin ,trop tard.

A voir sombrer à l'appel des sirènes,
ces âmes meurtries et impuissantes
ces belles qui se prennent pour des reines,
pétries de leurs attitudes dérangeantes,
mes yeux humides se ferment lentement
refusant de laisser s'enfuir un éclat
de tristesse; un joyau probablement
sincère comparé à leur apparat.