The Web Poetry Corner
DreamMachineThe Web Poetry Corner is a Dream Machine Site
The Dream Machine --- The Imagination of the World Wide Web
Google

The Web Poetry Corner

Lacampagne Christophe

of

Bordeaux, France

Home Authors Alphabetically Authors Date Submitted Authors Country Submission Rules Feedback



If you have comments or suggestions for Lacampagne Christophe, you can contact this author at:
lacampagne@yahoo.fr (Lacampagne Christophe)


Find a book store near you, no matter where you are located in the U.S.A.!


Cerzan

...the best independent ISP in the Twin Cities

Gypsy's Photo Gallery


JULIETTE

by

Lacampagne Christophe


Tard dans la nuit
elle tourne des pages
des pages électroniques
elle dessine un oeuf
se déguise en lapine
poursuit le rêve fou
d'aimer toujours sa voisine
à cheval
en France
ou en Californie.


RAFAEL OROSCO

by

Lacampagne Christophe


Il a été mon premier ami
que j'ai eu à Madrid
et aujourd'hui
il est parti dans les étoiles
il ne m'a jamais rien demandé
en échange.

Je le considérais un peu
comme un grand-père
avec des gestes
et une délicatesse
que seule une personne
de son âge peut avoir
et que seule un personne
qui a vécu loin de sa tribu
peut comprendre
et qui expliquent aussi combien
on peut aimer le monde
Hispanique.

Submit a poem for analysis.

LE PRADO

by

Lacampagne Christophe

Au musée du Prado
on peut pas toucher
la matière
mais on voit bien qu'autrefois
et pas seulement
dans le commerce
la vie des gens
n'était pas toujours facile
qu'il y a toujours eu
du sang
des poules
et des blaireaux.

Poetry Competition

LA BEAUTE

by

Lacampagne Christophe

Elle lance ses filets
pour capturer
un fragment
d'
éternité.

LA BEAUTE

by

Lacampagne Christophe

Elle lance ses filets
pour capturer
un fragment
d'
éternité.

DES MILLIONS DE BRIQUETS QUI S'ALLUMENT

by

Lacampagne Christophe

On savait qu'un jour
on entendrait tes grelots
tes clochettes
que tu nous laisserais tes paroles
tes musiques
dans nos têtes
dans nos cheveux
avec des frissons sur la peau
et quelques dessins
à l'encre de Chine.

On a du mal à croire que ce jour
il vient d'arriver
toi qui as su comprendre le miroir
de toutes les générations
c'est pour ça que ce samedi soir
en France ou en Jamaique
on pense à Bonnie
à la Harley dans le garage
à cette dépression qui passe
au-dessus de nos jardins
difficile de retenir nos larmes
beaucoup d'émotion sur nos claviers
en voyant tous ces lutins
qui branchent ton Live
qui frappent dans les mains
qui allument une dernière fois
des millions de briquets
et qui chantent très fort<>
Love On The Beat
pour dire au revoir
au Grand Serge.

VERONIKA SOLING

by

Lacampagne Christophe

Une note de musik
qui tombe juste
sur le rebord
de ta fenêtre
Véronika
c'est quelque chose
d'insoling
surtout
au moment de la toilette
Délicatement tu la prends
dans ta main
encore humide
et tu lances ton message
en pensant très fort
à celui
que tu aimes.

LE PETIT NATURALISTE

by

Lacampagne Christophe

A 19 ans,il balance son herbier
du côté de Barcelone
et il monte une entreprise
de livraison de préservatifs
à domicile
l'année prochaine
il pense étendre sa marchandise
à toute la Castille.

LOLA

by

Lacampagne Christophe

Ne pleure pas
au coucher du soleil
car tu empêches
la lune
de venir.

VERONIKA SOLING

by

Lacampagne Christophe


Une note de musik

qui tombe juste

sur le rebord

de ta fenêtre

Véronika

c'est quelque chose

d'insoling

surtout au moment

de la toilette.

Délicatement,tu la prends

dans ta main

encore humide

et tu lances ton message

en pensant très fort

à celui

que tu aimes.

LE TEST DU PERROQUET JACKY

by

Lacampagne Christophe


Comment perdre un client en 5 secondes?

1s.Dring

2s.Dring

3s.Dring

4s.Dring

5s.Clack!

LES CARTONAUTES

by

Lacampagne Christophe

Ils sont choisis
parmi les lapins
à l'échelon supérieur
et c'est eux qui décident
ce qui est bien
pour les gens
et qui tracent
sur le sable
la carte du bonheur.

SOUS LE SIGNE DE L'ELEPHANT

by

Lacampagne Christophe

C'est entre l'Océan et le Tage
sous le signe de l'éléphant
que la libellule multicolore
est devenue grande
et très belle
comme c'était prévu
y'a déjà bien longtemps
par les étoiles
et par toutes les fées
du PORTUGAL.

LE TERRAIN D'ALVARO

by

Lacampagne Christophe

Le matin qui a suivi la mort
de ma petite bergère,
il m'a fait visiter son terrain,
il a levé la barrière sur mes larmes
et il m'a raconté un morceau de sa vie,
c'est lui qui a tout organisé
avec l'aide de son voisin
et surtout l'expérience de son père,
qui pleure toujours son cheval et son chien.
Avant,il y'avait rien sur le terrain,
que de l'herbe et des petits lapins,
maintenant y'a des légumes,des arbres fruitiers,
du vin qui chante
de la lumière,
parfois des nuages
mais jamais de produits chimiques,
que de l'ail et du persil
avec un portail,
de la salade , des citrouilles
et beaucoup d'amitié.

L'APPARTEMENT DU LIVRE

by

Lacampagne Christophe

Tourne,tourne,
les pages de ce livre
pendant que je découvre
l'Appartement du Livre,
pendant que je traverse
ces longs couloirs
qui sentent le sable
l'amour de l'Afrique
et qui effacent
les rancunes
et les doutes,
les déceptions
qu'on a pu avoir sur les autres,
les sourires hypocrites
de la vie du réseau,
avec tous ces écrans
ces rails
et cette bureautique,
qui te transforment
en une mécanique sans prestige.

QUINZE ANS DE VIE SUR LA TERRE

by

Lacampagne Christophe

Nous on voudrait bien parler aux gens
de ce qui nous concerne,
pas seulement du lycée ou des profs
mais de cette étoile qui monte
et des signaux dans le ciel,
de la fin des baleines
et de la prolifératon des oursins.

Nous on voudrait aussi parler aux gens,
de notre premier livre
et de notre premier amour,
de tous nos espoirs
et de ces portes qui se referment,
pour qu'ils se souviennent
quand ils avaient 15 ANS.

MADRID SOUS LES PLEURS!

by

Lacampagne Christophe

11 mars 2004
"Stupéfaits d'horreur devant nos semblables,
nous recevons cette information en boucle,
selon laquelle il paraîtrait:
que les victimes de tous ces attentats sauvages,
qui plongèrent"Madrid Sous Les Pleurs",
reçurent aussitôt une multitude
d'appels téléphoniques inquiets,
auxquels elles ne répondirent
plus..."
Mais moi,qui éprouve en effet
un amour non dissimulé pour
cette belle ville de Madrid,
pour ces miroirs goyesques
du centre de la Castille;
c'est donc avec une gorge serrée
par un gros cadenas d'émotion,
que je me souviens aussi:
des nombreux autres jours de clameur
et de deuil,
de ce Prado éternel avec vue
sur le ciel,
de cette noblesse d'âme,logeuse
d'une population madrilène
tellement solidaire,
toujours prête à aider un parent,
un ami,un voisin et même
un petit français en difficulté!

C'est pourquoi,je tiens à dire
avec une certitude absolue
à toutes ces victimes,
martyrs de la démocratie,
ainsi qu'à leurs proches,
et sans omettre ceux qui ne croient
plus en rien:
qu'à Madrid,en suivant les mille
chemins ouverts par ce "Gréco mystique",
on oublie jamais la douleur
infinie,
des coeurs qui souffrent...

BROOKLYN 44

by

Lacampagne Christophe



Tu coupes tes cheveux,
comme on traverse un tableau de Bob:
entre le rêve et la réalité.
Que c'est dur d'avoir tant aimé!

La porte entrouverte,
c'est le passé qui s'en va...
Comme si on avait mis une grosse pierre,
devant la cheminée en marbre bleu
du salon.

Les rideaux endormis par cette longue nuit.
Sous ce Mickey en caoutchouc mousse,
le lit qui frémit,
comme un mélange abstrait
au fond d'un cratère,
et ta maman qui téléphone...

Hier,à la même heure,
c'était un jeune soldat
qui sonnait à ta porte,
pour t'apporter ce mortel télégramme
accompagné,
d'un cahier rempli de croquis.

Aujourd'hui,c'est une grenouille en or
qui te parle,
et que Bob t'avait offerte
la veille de son départ,
pour une nouvelle guerre
au pays des Frenchies.

Déjà presque deux ans,
que tu connaissais la lumière
la plus intime de cet être
exceptionnel,observateur profond
de la vie.
Toi,la petite ethnologue sudiste
qui avait flashé
sur le peintre,
et les peintures d'un univers
jamais triste,
exposées dans la galerie exiguë
du pasteur Anderson,
le meilleur ami de Bob,
mobilisé pour l'Italie
la semaine dernière.

Incapable de dire un mot,la gorge serrée,
pieds nus,
tu descends le long escalier...
Doucement,tu plonges ton regard humide
en direction de cette glace déformante
du Bronx,
gagnée par Bob,à la kermesse
de son ancienne école.
Cette même glace,qui te renvoie
les heures de rire,
de tous ceux qui venaient à la maison.
En particulier,ce représentant très chic
avec un noeud papillon,
qui avait vendu à Bob la Chevrolet blanche,
et qui s'était mis à poil,par défi,
devant la glace magique:
pour qu'on prenne des photos
de ce nouvel ami,
afin qu'il puisse les montrer
à ses futures clientes!

Un sourire traverse ton visage,
quand tu te souviens
d'avoir raconté cette histoire
loufoque,
à tes parents si puritains,
devant ta petite soeur Evelyn
qui n'a que dix ans...

Tu fermes le wisky-bar,
tu remontes l'escalier,jusqu'à l'atelier.
Dans ta main,une boîte en ivoire,
où se trouvent tes cheveux,
et tu la poses délicatement
à côté des palettes,des tubes,
des pinceaux,des contrats en souffrance.
Ensuite,t'enlèves le drap,envahi de couleurs,
qui entoure le chevalet,en bois de chêne
américain.
Soudain,ta peau tremble,
en découvrant cette dernière toile inachevée
par les canons et la guerre.
Celle-ci représente:des hommes et des femmes,
qui marchent dans une avenue
pleine de courants d'air,
sans doute la cinquième,
que Bob aimait tellement...
Puis,tu distingues au sommet des buildings,
des moulins traditionnels,
en nombre insuffisant,
comme les restes d'un navire,
et tu vois clairement écrit
en bas à droite,
ces quelques mots au crayon:
"Les moulins à prières",à toi mon amour,
suivis de la signature
de Bob.

BROOKLYN 44

by

Lacampagne Christophe



Tu coupes tes cheveux,
comme on traverse un tableau de Bob:
entre le rêve et la réalité.
Que c'est dur d'avoir tant aimé!

La porte entrouverte,
c'est le passé qui s'en va...
Comme si on avait mis une grosse pierre,
devant la cheminée en marbre bleu
du salon.

Les rideaux endormis par cette longue nuit.
Sous ce Mickey en caoutchouc mousse,
le lit qui frémit,
comme un mélange abstrait
au fond d'un cratère,
et ta maman qui téléphone...

Hier,à la même heure,
c'était un jeune soldat
qui sonnait à ta porte,
pour t'apporter ce mortel télégramme
accompagné,
d'un cahier rempli de croquis.

Aujourd'hui,c'est une grenouille en or
qui te parle,
et que Bob t'avait offerte
la veille de son départ,
pour une nouvelle guerre
au pays des Frenchies.

Déjà presque deux ans,
que tu connaissais la lumière
la plus intime de cet être
exceptionnel,observateur profond
de la vie.
Toi,la petite ethnologue sudiste
qui avait flashé
sur le peintre,
et les peintures d'un univers
jamais triste,
exposées dans la galerie exiguë
du pasteur Anderson,
le meilleur ami de Bob,
mobilisé pour l'Italie
la semaine dernière.

Incapable de dire un mot,la gorge serrée,
pieds nus,
tu descends le long escalier...
Doucement,tu plonges ton regard humide
en direction de cette glace déformante
du Bronx,
gagnée par Bob,à la kermesse
de son ancienne école.
Cette même glace,qui te renvoie
les heures de rire,
de tous ceux qui venaient à la maison.
En particulier,ce représentant très chic
avec un noeud papillon,
qui avait vendu à Bob la Chevrolet blanche,
et qui s'était mis à poil,par défi,
devant la glace magique:
pour qu'on prenne des photos
de ce nouvel ami,
afin qu'il puisse les montrer
à ses futures clientes!

Un sourire traverse ton visage,
quand tu te souviens
d'avoir raconté cette histoire
loufoque,
à tes parents si puritains,
devant ta petite soeur Evelyn
qui n'a que dix ans...

Tu fermes le wisky-bar,
tu remontes l'escalier,jusqu'à l'atelier.
Dans ta main,une boîte en ivoire,
où se trouvent tes cheveux,
et tu la poses délicatement
à côté des palettes,des tubes,
des pinceaux,des contrats en souffrance.
Ensuite,t'enlèves le drap,envahi de couleurs,
qui entoure le chevalet,en bois de chêne
américain.
Soudain,ta peau tremble,
en découvrant cette dernière toile inachevée
par les canons et la guerre.
Celle-ci représente:des hommes et des femmes,
qui marchent dans une avenue
pleine de courants d'air,
sans doute la cinquième,
que Bob aimait tellement...
Puis,tu distingues au sommet des buildings,
des moulins traditionnels,
en nombre insuffisant,
comme les restes d'un navire,
et tu vois clairement écrit
en bas à droite,
ces quelques mots au crayon:
"Les moulins à prières",à toi mon amour,
suivis de la signature
de Bob.

LECTEUR,LECTRICE

by

Lacampagne Christophe

Tu tires sur les manettes,
pour quitter ce sol galvanique;
les étoiles s'éclatent,
elles te fixent dans les yeux!
Si des fois tu vas chez elles,
tu seras bien reçu:
elles l'ont dit au soleil,
avant qu'il ne disparaisse.

ANITA SANTOS

by

Lacampagne Christophe

Je pense encore à toi;
à la douceur de ton visage,
à tes cheveux dans mes yeux,
à ce que tu me disais,aussi,
tendrement dans l'oreille
en regardant cette mer caféine:
-"que d'un côté y'a les mots,
et de l'autre
l'amour."
Mais plus le temps passe,
plus il y aura un peu
d'herbe diamantine,
ou des quartiers de lune,
au Brésil,
qui se souviendront de nous...
en regardant sur ces écrans Géants,
la projection
de nos baisers!

ANITA SANTOS

by

Lacampagne Christophe

Je pense encore à toi;
à la douceur de ton visage,
à tes cheveux dans mes yeux,
à ce que tu me disais,aussi,
tendrement dans l'oreille
en regardant cette mer caféine:
-"que d'un côté y'a les mots,
et de l'autre
l'amour."
Mais plus le temps passe,
plus il y aura un peu
d'herbe diamantine,
ou des quartiers de lune,
au Brésil,
qui se souviendront de nous...
en regardant sur ces écrans Géants,
la projection
de nos baisers!

REVOLUTION DE JARDIN

by

Lacampagne Christophe

L'herbe est si triste,
le monde si ballant,
et moi je tire les ficelles
dans le Jardin de Divirina.

Ici y'a plus de distance,
y'a plus l'effet de levier,
seulement un bonheur intense
qui fait tout oublier.

Car dans ce jardin:
les enfants restent des enfants,
l'herbe n'est plus triste,
le monde tellement différent.

Divirina nous apprend à écouter
le changement des saisons,
l'importance des mots,
et des couleurs.

Et plus on avance dans ce jardin
secret,
plus les statues veulent
nous parler de liberté.

Au loin,on voit
des fenêtres qui s'ouvrent,
le travail qui reprend
dans la mine profonde.

Certains changent leurs roues,
d'autres tapent sur des écrans,
et enfin y'a tous ceux
qui cassent le monde...

Et si vous aviez connu Divirina,
et son jardin d'amour,
vous auriez vite fait le choix
de cette locomotive ronde!

SCANOGRAPHIE

by

Lacampagne Christophe

On t'avait pas tout dit sur l'univers :
qu'il y a aussi des blondes,
aux visages voilés
par des ciels jaunes,
et des toiles d'araignées,
qui clôturent
les jardins.

GERARD LE BORDELAIS

by

Lacampagne Christophe

A l'approche des vendanges,
Gérard Le Bordelais,
lançait des sourires
hypocrites en direction
de sa soeur,
devenue brusquement
de plus en plus malade,
et donc pas en mesure
d'imaginer,
depuis son lit jetable,
que dans une pièce voisine,
jaunie par la méchanceté,
Gérard se faisait tranquillement
attribuer,
par des mains sulfureuses
et notariées,
toute la quantité
disponible!

LA COUR DES ADIEUX

by

Lacampagne Christophe

Bonjour la vie
bonjour la nuit,
un étrange regard
dans ce vent de folie!
Là-bàs,
une petite fille joue
avec un petit garçon,
dans une cour oblique,
à regarder la mer
à regarder la pluie.

La petite fille refuse
l'évasion.
Elle veut juste rester,
dans cette cour pacifique,
avec ce petit garçon;
elle caresse des yeux
la chose,
un jour peut-être
aura-t-elle satisfaction?

Le petit garçon tout rouge
lui sourit,
il y pense aussi,
mais c'est encore trop petit
pour lui faire tous les bébés,
qu'elle voudrait!

Poussé par la résignation...et dans l'attente
de ce très long séjour à deux,
le petit garçon sort son Gros
Mouchoir
pour dire aurevoir,à cette petite fille
tant aimée et lui promettre:
qu'il reviendra,
qu'il ne l'oubliera jamais,
qu'il ne regardera plus la télémoque
ni les petites copines de la nouvelle
école,
qu'il mangera de la soupe
pour créer l'émotion,
et que le jour où cela arrivera
devenu,enfin,Grand Garçon,
il lui écrira...

VIRGINIA HOYOS

by

Lacampagne Christophe

Elle était si gentille,
elle voulait toujours
que les choses se passent
bien...
Elle n'aimait pas les intrigues,
ni faire du mal
aux gens.

LA QUESTION

by

Lacampagne Christophe

Tu marches toute seule
à côté de ton chien,
et tu penses à tous les amoureux,
et tu t'poses la même question
qu'eux:
peut-on s'aimer toute une vie?
Ton chien avance sûr de lui...
Toi,t'as trop les boules
car dans ta famille,c'est pas la joie!
Ton père vit à Dunkerque,
ta mère à Munich,
ton grand-père en Kanaky,
ta grand-mère en Australie...
Et toi,tu vis à Paris
dans un appart,sympa,de la rue
Jacob,
que tu partages avec Mike,
un pilote de ligne à la PANAM.

Tous les dimanches,tu t'promènes
sur les quais de la Seine,
pendant que lui atterrit à L.A.
ou à CAPRI.
Et tu te sens de plus en plus malheureuse
de voir ta vie réglée,ainsi,
par des fuseaux horaires,
alors que d'autres s'embrassent
tendrement
au bord de la Seine.
Et tu voudrais parler avec eux,
les embrasser aussi,
mais ça ne se fait pas!
Paris est une grande cité,
où chacun vit pour soi:
avec ses problèmes de sécu,
de comptabilité analytique,
de formulaires à remplir,
d'autoradios volés.

Tu regardes la Seine,
c'est ta façon d'aimer.
Déjà,quand t'étais lycéenne
t'allais lui parler:
de tes petites peines de coeur,
de ton premier crac crac,
de tes mauvaises notes,
la peur du dentiste du quai
Malaquais.
Puis,ton départ pour les States
et ta rencontre avec Mike,
quelque part en Virginie...

Mais pourquoi regarder la Seine
quand on est plus la même?
Quand la raison nous amène
là...Où on voudrait pas.
Pourtant,cet enfant il existe
à l'intérieur de toi,
il capte,également,la Seine:
tu ne le sais pas!
Il te crie:
-"Maman!Attends encore,
dans quelques mois...J'serai là!
Et je t'aiderai à remonter le courant,
à remonter la vie,
j'apprendrai l'américain
pour dire à Papa:
que l'amour n'est pas qu'un lit
ou du formica,
que tu n'es pas une poubelle
ou un lave-vaisselle,
qu'il y a aussi le respect,
la lune
les sentiments,
que t'es tous les jours la plus belle
que t'es tous les jours la plus
chouette,
que t'est devenue...Une Femme
et qu'il doit,désormais,t'ouvrir son
coeur,
avant de t'ouvrir ses bras!"

GERARD LE BORDELAIS

by

Lacampagne Christophe

A l'approche des vendanges,
Gérard Le Bordelais,
lançait des sourires
hypocrites en direction
de sa soeur,
devenue brusquement
de plus en plus malade,
et donc pas en mesure
d'imaginer,
depuis son lit jetable,
que dans une pièce voisine,
jaunie par la méchanceté,
Gérard se faisait tranquillement
attribuer,
par des mains sulfureuses
et notariées,
toute la quantité
disponible!

LA COUR DES ADIEUX

by

Lacampagne Christophe

Bonjour la vie
bonjour la nuit,
un étrange regard
dans ce vent de folie!
Là-bàs,
une petite fille joue
avec un petit garçon,
dans une cour oblique,
à regarder la mer
à regarder la pluie.

La petite fille refuse
l'évasion.
Elle veut juste rester,
dans cette cour pacifique,
avec ce petit garçon;
elle caresse des yeux
la chose,
un jour peut-être
aura-t-elle satisfaction?

Le petit garçon tout rouge
lui sourit,
il y pense aussi,
mais c'est encore trop petit
pour lui faire tous les bébés,
qu'elle voudrait!

Poussé par la résignation...et dans l'attente
de ce très long séjour à deux,
le petit garçon sort son Gros
Mouchoir
pour dire aurevoir,à cette petite fille
tant aimée et lui promettre:
qu'il reviendra,
qu'il ne l'oubliera jamais,
qu'il ne regardera plus la télémoque
ni les petites copines de la nouvelle
école,
qu'il mangera de la soupe
pour créer l'émotion,
et que le jour où cela arrivera
devenu,enfin,Grand Garçon,
il lui écrira...

VIRGINIA HOYOS

by

Lacampagne Christophe

Elle était si gentille,
elle voulait toujours
que les choses se passent
bien...
Elle n'aimait pas les intrigues,
ni faire du mal
aux gens.

LA QUESTION

by

Lacampagne Christophe

Tu marches toute seule
à côté de ton chien,
et tu penses à tous les amoureux,
et tu t'poses la même question
qu'eux:
peut-on s'aimer toute une vie?
Ton chien avance sûr de lui...
Toi,t'as trop les boules
car dans ta famille,c'est pas la joie!
Ton père vit à Dunkerque,
ta mère à Munich,
ton grand-père en Kanaky,
ta grand-mère en Australie...
Et toi,tu vis à Paris
dans un appart,sympa,de la rue
Jacob,
que tu partages avec Mike,
un pilote de ligne à la PANAM.

Tous les dimanches,tu t'promènes
sur les quais de la Seine,
pendant que lui atterrit à L.A.
ou à CAPRI.
Et tu te sens de plus en plus malheureuse
de voir ta vie réglée,ainsi,
par des fuseaux horaires,
alors que d'autres s'embrassent
tendrement
au bord de la Seine.
Et tu voudrais parler avec eux,
les embrasser aussi,
mais ça ne se fait pas!
Paris est une grande cité,
où chacun vit pour soi:
avec ses problèmes de sécu,
de comptabilité analytique,
de formulaires à remplir,
d'autoradios volés.

Tu regardes la Seine,
c'est ta façon d'aimer.
Déjà,quand t'étais lycéenne
t'allais lui parler:
de tes petites peines de coeur,
de ton premier crac crac,
de tes mauvaises notes,
la peur du dentiste du quai
Malaquais.
Puis,ton départ pour les States
et ta rencontre avec Mike,
quelque part en Virginie...

Mais pourquoi regarder la Seine
quand on est plus la même?
Quand la raison nous amène
là...Où on voudrait pas.
Pourtant,cet enfant il existe
à l'intérieur de toi,
il capte,également,la Seine:
tu ne le sais pas!
Il te crie:
-"Maman!Attends encore,
dans quelques mois...J'serai là!
Et je t'aiderai à remonter le courant,
à remonter la vie,
j'apprendrai l'américain
pour dire à Papa:
que l'amour n'est pas qu'un lit
ou du formica,
que tu n'es pas une poubelle
ou un lave-vaisselle,
qu'il y a aussi le respect,
la lune
les sentiments,
que t'es tous les jours la plus belle
que t'es tous les jours la plus
chouette,
que t'est devenue...Une Femme
et qu'il doit,désormais,t'ouvrir son
coeur,
avant de t'ouvrir ses bras!"

ABUS DANGEREUX

by

Lacampagne Christophe

Pas facile,cette vie,cette chasse organisée,
parfois on voudrait aider les autres
mais on n'y arrive pas,
c'est la faute aux écrans,aux Abus Dangereux.

Et quand on est seul dans son coeur,
avec son chien,avec son chat,
on se pose des questions
sur les jours,les mois,les années.

Souvent,les fleurs se couchent,
les oiseaux baissent la tête,
on fait un signe avec sa main
on cherche un regard,un sourire.

Et pour se donner du courage
on ouvre du champagne,
vodka ou tequila des sables
sur un quartier de lune.

NOTRE PERE

by

Lacampagne Christophe

Humblement,
on te présente
nos vies
et
qu'importe,
ce qu'elles
sont...

LE PETIT PRINCE MIRAGE

by

Lacampagne Christophe

Il veut juste rester
sur sa planète,
pour finir ses collages;
et scotcher
au bout de la piste,
son avion "artifice",
pour survoler
les mirages.

CLAUDIA,AU PORTUGAL

by

Lacampagne Christophe

Tu as dix ans,petite libellule;
habilement métisse,
tu souris déjà comme les grands!
Tu parles un peu l'anglais,
tu fermes souvent le gaz
et tu fais sauter les plombs,
près de Lisboa,
la ville du 25 avril,
la ville aux 7 collines,
le mystère.
Mais,parfois,tu comptes encore les moutons
et tu te demandes s'il y en aura d'autres.

Fleur rose,tu prépares le retour de Vasco de Gama;
et tu explores les tubes,les bulles,
les machines couvertes d'oliviers,
les vieilles couvertures,
la vaisselle d'Angola,
les cailloux verts,
les pigeons idiots pour la vie...

Quand déboule l'hiver,par abandon,
du haut de ton armoire,entre l'Océan et le Tage,
avec tes deux beaux yeux noirs
et les jumelles de papa,
tu regardes le béton qui coule sur ton histoire:
trop de chocolat froid,
sur ta longue chevelure noire.
Un tombeau de pierre,
le bout du monde,les cadeaux de Pâques;
puis comme tous les soirs,
tu sors acheter le pain
avant le retour des parents,
et tu laisses quelques larmes dans l'ascenseur
pour qu'ils ne t'oublient pas.

LA FORCE IBERIQUE

by

Lacampagne Christophe

Si tu passes ton temps
à écouter les autres,
alors tu n'arriveras
jamais à rien...
sur ton cheval!

AU BAS DE LA CÔTE MEXICAINE

by

Lacampagne Christophe

Ce n'est pas uniquement
pour le mort,
que l'on pleure
à cet enterrement mexicain,
mais aussi
beaucoup,
pour soi-même.

CLAUDIA DU PORTUGAL

by

Lacampagne Christophe

Tu as dix ans,petite libellule;
habilement métisse,
tu souris déjà comme les grands!
Tu parles un peu l'anglais,
tu fermes souvent le gaz
et tu fais sauter les plombs,
près de Lisboa,
la ville du 25 avril,
la ville au 7 collines,
le mystère.
Mais,parfois,tu comptes encore les moutons
et tu te demandes s'il y en aura d'autres.

Fleur rose,tu prépares le retour de Vasco de Gama;
et tu explores les tubes,les bulles,
les machines couvertes d'oliviers,
les vieilles couvertures,
la vaisselle d'Angola,
les cailloux verts,
les pigeons idiots pour la vie...

Quand déboule l'hiver,par abandon,
du haut de ton armoire,entre l'Océan et le Tage,
avec tes deux beaux yeux noirs
et les jumelles de papa,
tu regardes le béton qui coule sur ton histoire:
trop de chocolat froid,
sur ta longue chevelure noire.
Un tombeau de pierre,
le bout du monde,les cadeaux de Pâques;
puis comme tous les soirs,
tu sors acheter le pain
avant le retour des parents,
et tu laisses quelques larmes dans l'ascenseur
pour qu'ils ne t'oublient pas.

AGUA DE MAYO N°1

by

Lacampagne Christophe

Y'a beaucoup de rancune,
dans l'Eau du Mois de Mai,
contre tous ceux qui t'ont fait
un mal d'enfer,
en te jetant du venin en rafale
partout dans tes image,
avec aussi quelques méduses
pour détruire
ton
refuge.

AGUA DE MAYO N°2

by

Lacampagne Christophe

Mais tu la retrouveras
ta vie d'artiste,
qu'ils ont voulu briser.
Et tu la reconstruiras
cette super pyramide,
de couleur ocre,
qu'ils ne pourront
plus jamais
toucher!

LE LICENCIEMENT

by

Lacampagne Christophe

En ce début de janvier,
une lettre recommandée
pour te souhaiter la bonne année,
t'aurais jamais imaginé...

Le café est trop chaud
et il ne fait pas beau,
Isabelle te sourit:
ses yeux disent"oui"!

Lui dire la vérité,
ne pas y couper,
tu venais juste de te marier,
et voilà le cadeau massif
qui vient d'arriver...

L'ECRIVAIN C'EST COMME UN MARTIEN !

by

Lacampagne Christophe

Il écrit pour tous ceux qu'ont chopé
les boules,
et pour tous ceux qui ont peur
un jour,
de se choper les boules!
Il écrit aussi,
pour tous ceux qui se retrouveront
sans rien,
sans morphologie,
comme une chenille vide,
sans message,
regardant un tournesol triste,
qui a perdu sa racine,
et qui prend le temps
de faire le grand saut
sur le macadam d'une nationale,
devant un groupe d'escargots Rockys
qui agitent des lumières,
des antennes humides,
comme pour repousser les limites du temps,
que quelque part
un jour,
on t'a Volé!

ISABELLE EN APPRENTISSAGE

by

Lacampagne Christophe

Tu calcules ta moyenne,
l'alchimie de tes peines.
Tu gobes complet en math,
le diamètre de tes rêves.
Mais,t'assures en histoire:
avec le mur qu'est tombé
tu mégascopes la liberté des autres,
pour savoir,demain,
comment sera la tienne?
Et tu comptes sur tes petits doigts,
chère petite Isabelle,
le temps qu'il te faudra...
pour devenir toi-même.

CHER PAPA NOËL

by

Lacampagne Christophe

Surtout,
ne prends pas
de petits verres
au cours de ta
tournée,
pense aux enfants,
aux maquettes de prisons
dans les souliers,
s'ils restaient seuls
avec les grands!

CHER PAPA NOËL

by

Lacampagne Christophe

Surtout,
ne prends pas
de petits verres
au cours de ta
tournée,
pense aux enfants,
aux maquettes de prisons
dans les souliers,
s'ils restaient seuls
avec les grands!

CHER PAPA NOËL

by

Lacampagne Christophe

Surtout,
ne prends pas
de petits verres
au cours de ta
tournée,
pense aux enfants,
aux maquettes de prisons
dans les souliers,
s'ils restaient seuls
avec les grands!

CHER PAPA NOËL

by

Lacampagne Christophe

Surtout,
ne prends pas
de petits verres
au cours de ta
tournée,
pense aux enfants,
aux maquettes de prisons
dans les souliers,
s'ils restaient seuls
avec les grands!

ISABELLE EN APPRENTISSAGE

by

Lacampagne Christophe

Tu calcules ta moyenne,
l'alchimie de tes peines.
Tu gobes complet en math,
le diamètre de tes rêves.
Mais,t'assures en histoire:
avec le mur qu'est tombé
tu mégascopes la liberté des autres,
pour savoir,demain,
comment sera la tienne?
Et tu comptes sur tes petits doigts,
chère petite Isabelle,
le temps qu'il te faudra...
pour devenir toi-même.

L'ECRIVAIN C'EST COMME UN MARTIEN !

by

Lacampagne Christophe

Il écrit pour tous ceux qu'ont chopé
les boules,
et pour tous ceux qui ont peur
un jour,
de se choper les boules!
Il écrit aussi,
pour tous ceux qui se retrouveront
sans rien,
sans morphologie,
comme une chenille vide,
sans message,
regardant un tournesol triste,
qui a perdu sa racine,
et qui prend le temps
de faire le grand saut
sur le macadam d'une nationale,
devant un groupe d'escargots Rockys
qui agitent des lumières,
des antennes humides,
comme pour repousser les limites du temps,
que quelque part
un jour,
on t'a Volé!

LE LICENCIEMENT

by

Lacampagne Christophe

En ce début de janvier,
une lettre recommandée
pour te souhaiter la bonne année,
t'aurais jamais imaginé...

Le café est trop chaud
et il ne fait pas beau,
Isabelle te sourit:
ses yeux disent"oui"!

Lui dire la vérité,
ne pas y couper,
tu venais juste de te marier,
et voilà le cadeau massif
qui vient d'arriver...

AGUA DE MAYO N°2

by

Lacampagne Christophe

Mais tu la retrouveras
ta vie d'artiste,
qu'ils ont voulu briser.
Et tu la reconstruiras
cette super pyramide,
de couleur ocre,
qu'ils ne pourront
plus jamais
toucher!

AGUA DE MAYO N°1

by

Lacampagne Christophe

Y'a beaucoup de rancune,
dans l'Eau du Mois de Mai,
contre tous ceux qui t'ont fait
un mal d'enfer,
en te jetant du venin en rafale
partout dans tes image,
avec aussi quelques méduses
pour détruire
ton
refuge.